HYDROTEC DEPUIS 1988
Se protéger ou se débarrasser des insectes du bois

Traitement contre les vers et maladies du bois de charpente

Protection contre les insectes et vers de bois

Le bois est omniprésent dans nos habitations, que ce soit dans nos cloisons, nos charpentes, nos meubles… Et nous ne sommes malheureusement pas les seuls à l’utiliser: le bois est la nourriture  de nombreuses  larves d’insectes  qui peuvent s’y loger et s’en nourrir, causant de nombreux dégâts, endommageant la structure du bois et compromettant sa résistance.

Parmis ces insectes xylophages, les plus courants sont les Anobiides ou Vrillettes(rencontrés dans les résineux et l’aubier du chêne), le Capricorne (résineux) et le Lyctus (chêne résineux). Les charpentes récentes sont la plupart du temps imprégnées de façon préventive.

  • Partout ! Un bois non traité, où qu’il soit, peut faire l’objet d’une colonisation d’insectes xylophages (Anobiides, Vrillettes, Capricorne, Lyctus).
  • Ces insectes apprécient particulièrement les bois résineux et l’aubier (partie tendre) du chêne. Les vieilles charpentes sont les plus exposées, surtout au niveau des poutres apparentes, lattages de sous toiture, bardages, etc…
  • Les planchers de greniers sont également souvent pris pour cible par ces nuisibles.
  • Les boiseries plus récentes, quant à elles, sont souvent protégées “d’usine” par un bain d’imprégnation et sont moins sensibles à ce type d’insectes.
  • Le bois résineux est particulièrement vulnérable.

SYMPTÔMES

  • Apparition de trous dans le bois
  • Présence visible d’insectes à la surface du bois
  • Petits tas de sciure à même le bois ou sur le sol, sous les poutres touchées.

POURQUOI INTERVENIR ?

– Protéger le bois des dégâts occasionnés. Une charpente infestée de capricornes peut perdre sa stabilité et sa résistance. Dans les vieilles maisons, les planchers vermoulus présentent parfois un vrai danger d’effondrement pour les occupants.

– Éviter la prolifération de la colonie et l’infestation d’autres boiseries à proximité (meubles, charpentes, etc…).

– Notre traitement est garanti 10 ans.

– Les produits “fongicide et insecticide” utilisés sont agréés par le Ministère de la santé publique.

NOTRE PROCEDURE DE TRAITEMENT

  • Préparation du chantier
    • Diagnostic de l’état du bois et de l’étendue de l’infestation
    • Démontage et enlèvement des poutres et chevrons irrécupérables atteints par les vers de bois
    • Dépoussiérage
  • Traitement en profondeur par injection
    • Forage tout les 20 à 30 cm  dans 2/3 de l’épaisseur des poutres, gîtes et chevrons à traiter.
    • Injection sous pression du produit curatif Basilit Curattack
  • Traitement de surface par projection de Basilit Curattack

FAQ - en savoir plus

Une multitude d’organismes biologiques se nourrissent de cellulose, une matière qui se trouve abondamment dans le bois. Il faut traiter le bois d’œuvre pour le protéger des attaques des larves d’insectes (coléoptères, termites, fourmis lignicoles) et des champignons, de tous ces organismes vivants pour lesquels le bois de construction représente un garde-manger et un lieu de reproduction privilégiés.

– Ce sont principalement les larves coléoptères qui attaquent les bois de construction. Les insectes adultes viennent pondre leurs œufs dans une fissure du bois. Les larves se présentent sous forme de vers blancs au corps annelé et se développent dans le bois pendant 3 à 5ans, à l’état larvaire, avant d’opérer leur métamorphose. On dénombre sur le bois d’œuvre principalement 3 types d’attaques par les coléoptères :

            o La petite vrillette du bois qui se remarque par la taille des petits trous d’envol (1 à 3mm de diamètre), petits orifices qu’elles percent à la surface du bois,
            o La grosse vrillette du bois qui se remarque par des trous d’envol un peu plus gros (2 à 4 mm de diamètre)
            o La larve du capricorne des maisons (hylotrupe bajulus) est la plus dangereuse des 3. Elle se remarque par la taille plus importante de ses trous d’envol de forme ovale (5 à 8mm en moyenne, parfois jusqu’à 10mm)

– Les termites : jusqu’il y a peu les termites étaient cantonnées au sud de Paris. Depuis peu, à cause du réchauffement climatique, des infestions de termite ont été signalées au nord de Paris jusqu’en Belgique. Les termites colonisent les murs, les sols et se nourrissent notamment du bois. Un traitement adapté est à prévoir. Son descriptif ferait l’objet d’un chapitre entier. Jusqu’à présent Hydrotec ne propose pas de service de traitement des termites.

– Il existe également des fourmis lignicoles (qui se nourrissent du bois). Nous en rencontrons rarement sur nos chantiers.

– Les abeilles charpentières creusent leur nid dans le bois mais elles ne s’en nourrissent pas ; elles ne sont pas xylophages.

Si vous constatez des petits orifices (qui sont en fait des trous d’envol de la larve après sa métamorphose), de la vermoulure, des petits tas de sciures en dessous de ces orifices, c’est que le bois de charpente (ou tout autre bois inspecté) a été colonisé par des larves d’insectes.
Le capricorne des maisons pratique des grands trous d’envol de l’ordre de 8mm de diamètre. Au cours de son existence larvaire, il creuse de nombreuses galeries sous la surface des solives, des poutres et des planchers, en entamant leur solidité de façon irrémédiable. La larve du capricorne est un fléau : ses dégâts peuvent avoir des conséquences catastrophiques pour la stabilité des charpentes et des gîtages infestés.
Les essences de bois prisées par le capricorne sont généralement les résineux.
La petite et la grosse vrillette d’attaquent par contre une grande variété d’essences bois. Toutefois pour les bois d’œuvre très durs comme le chêne, elles ne s’attaquent qu’à la partie tendre du bois (l’aubier). Elles choisissent la facilité ; le duramen (partie plus dure située au cœur du chêne) n’est généralement pas atteint.

En cas d’attaque, une désinsectisation du bois contaminé doit être effectuée.  Le traitement est adapté en fonction de la variété d’insecte en présence :

– Pour la petite vrillette et la grosse vrillette, un traitement par pulvérisation de produit fongicide insecticide curatif suffit généralement :

  • Le traitement est effectué sur un bois propre et dépoussiéré.
  • En opérant une double imprégnation du bois par pulvérisation, on traite durablement les bois d’œuvre atteints par la petite et la grosse vrillette 

-En cas d’attaque par le capricorne des maisons, un traitement par injection sera mis en œuvre. Après avoir bien délimité les zones touchées, le travail s’effectue en plusieurs étapes :

  • bûchage des bois atteints pour enlever les parties affaiblies,
  • dépoussiérage 
  • forage du bois à entraxe régulier
  • placement d’injecteurs dans les orifices
  • injection du produit insecticide curatif
  • pulvérisation complète du produit fongicide insecticide curatif
  • Renforcement éventuel des bois affaiblis

Le produits fongicides insecticides curatifs destinés au traitement bois doivent être agréés par le Ministère de la Santé Publique.
On cite souvent les marques Xylophène, Xylamon, Basilit, Madurox.

Produit en phase aqueuse ou en phase solvant hydrocarbure ?
Il existe encore (et malheureusement…) des produits en phase solvant hydrocarbure sur le marché, mais ils sont de plus en plus décriés (toxicité des solvants aliphatiques) et remplacés par les produits très efficaces et dilués à l’eau. Formulés en phase aqueuse, ces produits sont nettement moins toxiques pour les applicateurs et pour les occupants des maisons.
Les produits que nous appliquons chez Hydrotec sont formulés en phase aqueuse. Ces produits sont nettement moins odorants, moins incommodants et surtout moins toxiques pour l’être humain que les produits au solvant (White Spirit désaromatisé ou non).

Nous utilisons généralement les produits de marque Basilit et Madurox qui disposent d’un ATG (Agrément Technique) émis par l’UBATC (Union pour l’Agrément Technique de la Construction).

Un traitement préventif du bois de charpente est généralement effectué en usine, par trempage ou aspersion des bois frais (encore sains) dans un produit répulsif (produit fongicide et insecticide préventif). Ce traitement au large spectre d’action prévient les attaques parasitaires ultérieures d’une majorité des champignons et des larves de coléoptères et de tous les autres insectes lignivores.

Contrairement au traitement préventif, le traitement curatif permet d’éradiquer une attaque en cours. Le produit utilisé est un biocide curatif. Il permet de tuer les insectes, les bestioles et autres champignons qui sont déjà présents sur ou à l’intérieur des boiseries.