HYDROTEC DEPUIS 1988

ASSAINIR SA MAISON CONTRE LA CONDENSATION ET LA MOISISSURE

TRAITEMENT DE LA CONDENSATION ET DES MOISISSURES

Hydrotec Traitement de la condensation et des moisissures

La moisissure est un mot générique qui désigne plusieurs champignons dont les spores sont présentes dans l’atmosphère. Elle se manifeste souvent sous la forme de taches vertes, brunes ou noires sur les murs, les objets en cuir, les vêtements, les meubles

Ces taches apparaissent le plus souvent dans les angles des pièces, les salles d’eau non ventilées, autour des fenêtres ou à l’endroit où les murs et plafonds ne sont pas (ou mal) isolés, c’est-à-dire plus froids (ponts thermiques).

La moisissure est presque toujours liée à un problème de condensation, c’est à dire une production d’humidité non évacuée dans la maison.

Nos équipes peuvent vous aider à détecter la source d’éventuels problèmes de condensation. Une fois le diagnostic posé, nous vous proposons des solutions adaptées suivant les pièces touchées. Dans certains cas, de simples conseils quant à la ventilation suffiront, dans d’autres nous procédons au placement d’un appareil de ventilation spécifique.

  • Dans les maisons neuves quand l’étanchéité du bas des murs n’a pas été correctement réalisée
  • Dans des pièces humides: salle de bain, cuisine, buanderie…
  • Dans les chambres
  • Dans les endroits mal ventilés: caves, faux plafonds…
  • Sur des murs ou parois mal isolées, au niveau des ponts thermiques

SYMPTÔMES

  • Le phénomène de condensation se produit dès qu’un taux d’humidité trop élevé est dégagé dans l’air d’un local.
  • Ce problème s’accentue en hiver ou lors de changements brusques de température.
  • Apparition de buée sur les vitres, murs et sols lors de changement climatiques saisonniers.
  • Apparition de moisissures.

POURQUOI INTERVENIR ?

– Éviter la dégradation visuelle de vos surfaces

– Solutionner les pertes énergétiques et améliorer l’isolation

– Se protéger des effets néfastes des moisissures sur votre santé: Les spores relâchées dans l’air par les moisissures peuvent provoquer des irritations, des allergies chez les personnes plus vulnérables comme les seniors, les enfants et les personnes dont le système immunitaire est affaibli ou souffrant de problèmes respiratoires.

LES ETAPES D’UN TRAITEMENT CONTRE LA CONDENSATION

  1. Détection du problème et diagnostic

  2. Pose d’un appareil adapté à

    • La pièce et son rôle dans l’habitation

    • le taux d’humidité ambiant

    • les besoins en termes d’isolation (Pour éviter les pertes énergétiques on privilégiera un système avec récupérateur de chaleur)

    • les contraintes acoustiques: systèmes silencieux pour les chambres, le séjour…

FAQ - en savoir plus

La condensation (de l’eau) est un phénomène de précipitation d’une matière à l’état gazeux (en l’occurrence la vapeur d’eau) en une matière à l’état liquide (gouttes d’eau). La condensation se produit quand l’air est saturé en vapeur d’eau. Elle se produit généralement sur les zones froide, quand l’air humide et chaud entre en contact avec un mur froid ou toute surface froide (métal, vitrage, pont thermique).
On peut constater ce phénomène lorsqu’on prend une douche et que l’on voit le miroir froid (ou la fenêtre de la salle de douche) se couvrir de gouttelettes d’eau, ou lorsqu’un enfant joue à expirer de l’air directement sur une vitre froide pour pouvoir ensuite tracer un dessin dans la buée qu’il a produite.

L’observation des symptômes les plus fréquents permet d’établir un diagnostic.
Les signes qui ne trompent pas sont :
1. Le développement et la prolifération de moisissures sur certaines zones des murs (angles des pièces, bas des murs, linteaux en béton, tours de fenêtres et à l’arrière des meubles ;
2. Un excès d’humidité relative qui se concrétise par de la buée sur les vitres ;
3. Par temps froid, apparition de gouttelettes d’eau sur les murs, sur les sols, sur les linteaux de fenêtres, les ébrasements de fenêtres ;
4. Une odeur de renfermé et de moisi à l’intérieur de la maison.
5. Lors de changements subit de température, apparition de petites flaques d’eau sur les sols, dans les angles des pièces, sur les sols et les murs froids des caves.

Les dégâts se situent surtout au bas et dans les angles des murs (traces de moisissures de couleur blanche, noire et/ou verte), sur les tours de fenêtres, à l’arrière des meubles, sur les objets en cuir ou sur le bois. On constate également la formation de gouttelettes d’eau, de buée sur les parois froides et les surfaces vitrées.
Les papiers peints, panneaux de Gyproc (ou Placo) qui sont recouverts d’usine d’une couche de carton (matière à base de cellulose) sont des éléments propices au développement des champignons de tout natures et a fortiori des moisissures.

En mycologie, « moisissure » est un terme vernaculaire qui désigne des microorganismes pluricellulaires, généralement une variété de champignons de l’ordre des mycètes. Il existe une infinité d’espèces de moisissures. Leurs spores sont présentes dans l’air, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de maison, attendant les conditions propices à leur développement.

Il ne faut pas confondre ces symptômes avec les signes d’un problème de porosité, de capillarité ou d’humidité ascensionnelle qui nécessiteraient un assèchement des murs par injections. La condensation n’est pas liée à une présence d’humidité dans les murs, pas plus qu’elle ne « sort du mur ». Son origine est la saturation de l’air en vapeur d’eau. Cette humidité sous forme de vapeur est produite par l’activité humaine à l’intérieur de la maison. Les activités humaines productrices d’humidité et sources d’évaporation sont nombreuses : cuisiner, prendre une douche, prendre un bain, respirer, sécher du linge… Toutes ces activités sont productrices de vapeur d’eau.
Retenons surtout qu’un problème de condensation ne rend pas le mur humide en profondeur, seulement en surface. Inutile donc d’imperméabiliser d’avantage la maison ou les murs, ce qui compte c’est de bien ventiler la maison.

Les odeurs de moisi, les spores de moisissures et l’excès d’humidité relative, le manque d’oxygène dans l’air sont des sources d’inconfort et sont néfastes à long terme pour la santé des occupants. Respirer un air malsain n’est souhaitable pour personne. Les personnes atteintes d’asthme ou de bronchites chroniques doivent veiller à respirer un air frais et sain. Pour ce faire, il faut ventiler régulièrement son habitat. Dix minutes de ventilation matin et soir ne suffisent pas, loin s’en faut.
Pour un bon fonctionnement de nos neurones, le cerveau a besoin d’un apport en oxygène suffisant. Or en hiver de nombreux logements affichent une déficience évidente en termes de renouvellement de l’air. En cuisinant, en nous chauffant et même en respirant, nous produisons du CO2. Sans renouvellement d’air régulier, notre logement accumule ce gaz toxique et nous vivons dans une atmosphère saturée en CO2 sans même nous en rendre compte. En découle un manque en oxygène qui agit négativement sur la santé : notre vivacité d’esprit est réduite et notre capacité de concentration est atténuée.

Avant de faire des travaux, afin d’éradiquer le problème complexe de la condensation, il convient de :
1. Déterminer les locaux à traiter prioritairement ;
2. Calculer le volume de ces locaux ;
3. Déterminer quels matériaux de constructions ont été utilisés pour leur construction ;
4. Envisager le niveau de bruit supportable dans la pièce.
5. Vérifier si les locaux disposent bien d’un mur extérieur sur lequel placer le système de ventilation locale qui conviendra à la pièce en question.
6. Déterminer si les murs, le toit ont été isolés, et avec quelle efficacité.
7. Vérifier si les châssis sont pourvus de double vitrage, de grilles éventuelles.

Force est de constater que la ventilation par les fenêtres a atteint ses limites d’efficacité. Ouvrir les fenêtres dix ou même trente minutes matin et soir ne suffit pas à garantir une atmosphère saine à l’intérieur d’une maison. Si certaines personnes continuent à dormir avec la fenêtre ouverte, cette variété de durs à cuire a tendance à disparaître. En journée, laisser une fenêtre ouverte comporte aussi un risque au niveau de la sécurité.
En ville, le bruit et la pollution générés par le trafic ne laissent que peu d’arguments en faveur d’une solution de ventilation par les fenêtres. Sans compter que les châssis et les portes sont devenus de plus en plus étanches à l’air.
Pour éviter le développement des moisissures et les méfaits de la condensation, il apparaît de plus évident que la ventilation mécanique est la solution promue par les bureaux d’étude, les architectes, les organismes de santé.
La pulvérisation ponctuelle d’eau de Javel ou produits fongicides peut faire disparaître les moisissures mais cette technique n’est pas efficace sur le long terme. De plus, on ajoute des produits toxiques dans la maison sans favoriser le renouvellement de l’air indispensable, c’est un pis-aller.
Nous ne parlerons guère plus des absorbeurs d’humidité, systèmes « D » qui coûtent cher en recharges de sels et qui ne constituent pas une solution idéale pour la santé puisqu’elles ne permettent aucun apport en air frais.
Il en va de même pour le déshumidificateur électrique qui est un appareil efficace, mais sa consommation en électricité et son niveau de bruit posent des problèmes pour un usage à long terme. Comme les absorbeurs, les déshumidificateurs électriques n’apportent pas de solution en termes de renouvellement d’air frais et en extraction d’air vicié. Leur seule tâche est d’enlever l’humidité de l’air.
Pour lutter contre les problèmes de condensation en garantissant un apport en air frais, les solutions sont la ventilation permanente et raisonnée de l’habitat en combinaison avec l’isolation des ponts thermiques et des murs froids.
Une gamme pléthorique de systèmes de ventilation sont disponibles sur le marché. Le conseiller technique vous conseillera dans l’établissement d’un choix, d’une configuration qui combinera plusieurs appareils. Ils seront sélectionnés en fonction des réponses apportées aux questions suivantes :

  • Quel niveau de bruit sera émis par l’appareil de ventilation ;
  • Quelle quantité d’air frais faut-il apporter en fonction du volume et de l’usage du local ?
  • Quelle quantité d’air vicié faut-il extraire ?
  • Dans quel cas est-il préférable d’installer une Ventilation Mécanique à simple flux ? Doit-elle être centralisée (VMC) ou locale ?
  • Dans quel cas faut-il installer Ventilation Mécanique double-flux ? Doit-elle être centralisée ou locale ?
  • Quel type d’extracteur installer dans une salle-de-bain ?
  • Quel type d’extracteur conviendra pour un WC ?
  • Quelles grilles d’aération faut-il placer en façade ou dans les châssis ?

Une solution complémentaire pour lutter contre l’humidité par condensation est d’isoler toutes les parois froides du logement. Ce travail ne dispense pas de prévoir une ventilation mécanique, que du contraire ! Le logement étant plus étanche, il demandera d’autant plus à être ventilé.